"Et si je devenais freelance ??". Si vous avec cliqué sur cet article, c'est que cette idée est en train de vous traverser l'esprit ; peut-être le fait-elle depuis un moment même.

Besoin de plus de libertés, de plus de revenus ou tout simplement marre d'avoir un supérieur hiérarchique... Les raisons pour devenir freelance sont nombreuses - et légitimes.

Mais voilà ; devenir freelance, ce n'est pas forcément fait pour tout le monde. Devenir freelance, ça implique de nouvelles responsabilités. Être son propre patron, ça veut dire devoir gérer plus d'aspects dans son travail et dans sa vie de tous les jours.

Dans cet article, nous allons faire le tour des traits de caractère nécessaires - ou du moins qui aident - quand on veut devenir freelance.

Vous avez une certaine résistance au stress

freelance et stress

Travailler à son compte, ça vient avec un certain stress. Bien qu'il ne soit pas insurmontable, surtout lorsqu'on se lance en auto-entreprise, il est bel et bien là ; avoir une certaine résistance à la pression est forcément un plus lorsque l'on veut devenir freelance.

Quels stress peut subir un freelance ? En voici quelques exemples :

Revenus irréguliers

C'est évident, mais c'est à prendre en compte. En tant que freelance, vous aurez des revenus irréguliers (parfois mêmes nuls si, par exemple, vous prenez des vacances).

Ne pas savoir exactement combien vous allez gagner le mois suivant peut être une source de stress, aussi faut-il bien savoir gérer ses rentrées d'argent (mais on en reparlera).

Des clients difficiles

Dans l'immense majorité des cas, vous n'aurez aucun gros problème avec vos clients. Mais il y a toujours ces trois ou quatre pour-cent de clients qui sont difficiles. Et ça, ça peut être stressant.

Comme ce client qui refuse toutes vos propositions, ou cet autre qui n'est pas satisfait de votre travail et qui refuse de payer... c'est rare, mais ça peut arriver. Et il faut savoir faire face à ça.

Des imprévus

Si vous devenez freelance, vous ferez très probablement face, à un moment ou à un autre, à des imprévus. Que ça soit vis-à-vis d'un client qui vous lâche ou au paiement d'une taxe à laquelle vous ne vous attendiez pas, vous aurez des mauvaises surprises et quelques pics de stress avec.

Pas de panique cependant. Tous les éléments que je viens de citer sont, effectivement, des sources de stress. Mais l'humain est bien fait ; plus on le soumet au stress, plus il arrive à gérer le stress. Et comme (en théorie), vous êtes humain, tout devrait bien se passer.

Vous avez de bonnes capacités relationnelles

freelance et communication

Quand on est salarié, on est rarement amené à travailler avec le client final (bien que ça dépende de votre métier, évidemment).

Alors que lorsque l'on est freelance, on travaille presque exclusivement avec les clients finaux. Et pour y faire face, il vaut mieux avoir de bonnes capacités relationnelles.

Démarcher des clients

Pour le démarchage, déjà. Si vous devenez freelance, vous avez de grandes chances de devoir trouver vos propres clients, et donc de faire du démarchage, que ça soit par email ou même par téléphone.

Et envoyer des emails bien écrits, savoir s'exprimer clairement au téléphone, ce n'est mine de rien pas donné à tout le monde.

Tout comme savoir si et quand vous devez relancer vos prospects/clients ; ce n'est pas forcément inné.

Alors même si cela devient de plus en plus facile avec le temps, avoir ces capacités relationnelles naturelles vous aidera à vous lancer en tant que freelance

Communication permanente

En plus du démarchage, il faudra maintenir une communication permanente avec vos clients. Si c'est un client régulier, il faudra rendre des comptes régulièrement. Si c'est un client one-shot, peut-être faudra-t-il revenir vers lui plus tard, pour savoir si votre travail lui convient toujours - et s'il est intéressé pour travailler de nouveau avec vous.

Dans tous les cas et peu importe les clients, des questions vous viendront comme :

  • Est-ce que je dois le tutoyer ? Le vouvoyer ?
  • Quelles formules de politesse je dois employer ?
  • À quelle fréquence je dois le contacter/relancer ?

Là aussi l'expérience vous aidera à répondre à ces questions ; mais là aussi des capacités relationnelles naturelles vous aideront.

Vous êtes prêt à sortir de votre zone de confort

Zone de confort

Lorsqu'on est salarié, on tend plus ou moins à rester dans sa zone de confort, professionnellement parlant.

Si on a parfois, par exemple, à exécuter de nouvelles tâches, l'essentiel de notre travail est répétitif et nous fait rester dans notre bulle de confort.

Mais comme on va le voir, pour devenir freelance, il faut être prêt à sortir de cette zone.

Le démarchage

On en parlait juste avant. Savoir démarcher des clients requiert de bonnes capacités relationnelles, mais aussi une certaine confiance en soi, ou une certaine assurance.

Quand on est introverti et/ou timide, même attraper son téléphone, composer le numéro d'un prospect et appuyer sur la touche verte pour l'appeler peut-être difficile... Et je sais de quoi je parle.

Si vous êtes extraverti, que vous êtes un commercial dans l'âme, vous aurez un gros avantage à ce niveau-là. Mais, n'oubliez pas que plus on sort de sa zone de confort, plus celle-ci s'agrandit. Si appeler un prospect vous semblera difficile les premières fois, cela deviendra de plus en plus naturel avec le temps.

La négociation

Ha, on touche un point sensible... Et dont on ne parle pas assez. Savoir négocier, quand on est indépendant, c'est un gros plus.

Imaginons que vous facturiez à la journée. Vous savez que vous avez besoin de, disons, dix jours pour mener le projet dont vous parle votre prospect à bien. Il vous en propose huit ; vous ne devriez pas céder. En réalité, vous devriez même négocier douze jours ; on sait que beaucoup de projets prennent du retard et vous ne voulez pas travailler plus que ce que vous avez vendu - ce qui est normal. Le problème, c'est que savoir négocier, ce n'est pas donné à tout le monde, loin de là.

Autre point de négociation : votre tarif. Reprenons le même scénario, votre tarif journalier est de 300 €. Votre client essayera peut-être de le baisser à 270, voire 250 même. C'est à vous de ne pas céder (ou de négocier dans la limite du raisonnable) pour faire suffisamment de bénéfices. Mais encore une fois, négocier un tarif, ce n'est pas forcément facile.

Là aussi, si ce n'est pas dans votre caractère de savoir négocier, ça viendra (probablement) avec le temps et à force de pratique.

Vous êtes consciencieux

Freelance consciencieux

La dernière partie que nous allons aborder ici concerne l'organisation et l'implication personnelle.

Car oui, vous vous en doutez bien, devenir freelance requiert d'être un minimum consciencieux.

Dans le travail

Il faut être impliqué dans son travail. C'est à dire, savoir trouver la motivation quand elle manque, savoir exécuter le travail pour lequel vous êtes payé correctement même quand vous n'en avez pas envie.

Si vous prenez du retard ou ne vous impliquez pas complètement quand vous êtes salarié, dans le pire des cas on vous fera des remontrances. Lorsque vous êtes freelance, vous perdrez du temps, et donc de l'argent.

Dans la paperasse

Si le recours au contrat n'est pas obligatoire (mais fortement conseillé suivant votre activité), l'émission de factures l'est pour chaque vente ou prestation de service. Ne pas délivrer de facture est illégal. Et, quitte à en faire, autant les faire bien, non ?

Évidemment, c'est long et fastidieux de faire devis et factures via, par exemple, Word. Mais il existe des outils qui vous permettent d'en générer très facilement et de les conserver en ligne.

Et, ce qui vaut pour les factures vaut évidemment pour votre comptabilité. Il faudra être attentif à tenir vos comptes à jour (ou faire tenir vos comptes à jour).

Donc être quelqu'un qui n'a pas peur de la paperasse est un gros avantage lorsqu'on songe à devenir freelance.

Dans l'anticipation

Il faut aussi savoir anticiper l'avenir ; pensez un minimum au futur.

Que ça soit pour la déclaration et le paiement des prochaines taxes (cotisations, TVA, CFE, IR, ...) ou pour penser à mettre de l'argent de côté pour pouvoir prendre quelques semaines de vacances ; il faudra anticiper.

Si vous n'êtes pas quelqu'un qui anticipe l'avenir - au moins sur le moyen terme - c'est une chose sur laquelle il faudra travailler si vous voulez devenir freelance, au risque de finir avec des problèmes financiers.

Conclusion

On l'a vu, il y a des caractéristiques qui feront de vous le freelance idéal : bonne gestion du stress, bonne communication, être prêt à sortir de sa zone de confort et être consciencieux.

Si vous avez ces qualités, vous êtes bel et bien fait pour devenir freelance. Et si vous êtes déjà prêt à sauter le pas, voilà quelques conseils pour se lancer.

Sinon, n'abandonnez pas ! Si vous tenez à devenir freelance, lancez-vous ! Cela demandera juste un peu plus de travail au niveau tant personnel que professionnel, mais rien d'insurmontable.

Et partagez cet article à votre collègue qui pense à devenir freelance également (vous en avez forcément un), ça pourrait l'aider !